Univers des mots

Depuis 2012, vu le besoin de renouvellement du théâtre africain, afin de proposer des spectacles de qualité qui puissent toucher un large public, nous accueillons en résidence des jeunes auteurs. Tous les deux ans, trois jeunes auteurs africains, dûment présélectionnés sur dossier par un comité de lecture professionnel, sont reçus en résidence durant 65 jours à Conakry. Ils y écrivent une nouvelle pièce, profitant de l’accompagnement d’un dramaturge, d’un metteur en scène, et de la mise à l’épreuve du texte lors d’un chantier avec des comédiens.

Des lectures publiques des textes aboutis sont organisées en fin de résidence en milieu scolaire et universitaire, et lors d’un évènement festivalier de cinq jours, agrémenté d’une programmation des deux premiers textes lauréats des précédentes  éditions, avec remise finale d’un prix d’aide à la création. Durant également ces cinq jours des textes inédits de langue française et d’autres genres littéraires sont lus sous forme théâtrale.

La capitale de la république de Guinée, Conakry, a été désignée par l’UNESCO pour être capitale mondiale du livre en 2017. Pour ne pas être absent de ce grand événement consacré au livre, la compagnie la muse organise une édition spéciale d’Univers des mots.

Voulant s’ouvrir au monde, le festival Univers des Mots, dans le prolongement de sa volonté de défendre les écritures contemporaines en Afrique, pour cette nouvelle édition lance un nouveau programme de compagnonnage entre des artistes d’Afrique, des Caraïbes et des artistes provenant des pays du nord. Permettre ainsi à des artistes de continents différents, de cultures différentes, de se rencontrer, d’échanger, de pouvoir travailler ensemble dans un monde miné par les frontières.

Parce que nous croyons que, sortir de chez soi, changer de lieu, tendre la main, aller à la rencontre des autres, à la rencontre du monde, c’est questionner sa propre identité, sa relation au monde et voir autrement, et entendre autrement, et penser autrement, et créer autrement. Se déplacer, partir ailleurs, c’est provoquer le déséquilibre, le mouvement et permettre le renouveau nécessaire à l’artiste.

Website
Facebook